John Robbins and Ann Mortifee (Feb 18, 2013)
(voir les paragraphes en français sous ceux en anglais)
Anger is an intense and primal expression of the life force, a burning flame that cannot be ignored. It is the psyche’s alarm system, demanding that attention be given to a limit or boundary of ours that is being invaded, to an injury or pain that is being denied, or to an area of our being that has become unhealthy. The function of anger is similar to the function of a fever. It helps to burn out unwanted, inharmonious elements. Its purpose is to restore balance and well-being.
La colère est une expression intense et primale de la force vitale, une flamme brûlante qui ne peut être ignorée. C’est un système d’alarme de la psyché, qui nous demande de prêter attention à une limite ou une frontière de nous-même qui est envahie, à une souffrance ou blessure qui est niée, ou à un domaine de notre vie qui est devenu non sain. La fonction de la colère est similaire à celle de la fièvre. Elle nous aide à éliminer en les brûlant des éléments non voulus, inharmonieux ; son but est de restaurer l’équilibre et le bien-être.
If the symptoms of a fever are suppressed and ignored, then the illness will remain unchecked. So it is with anger. It is useful to listen for the message it brings and then to use it for growth and wellness.
We need to remember that the anger we feel toward someone else is not an accurate evaluation or judgment of who that person actually is. It is merely our own feelings communicating with us, telling us more about ourselves than about the other person. It is the beginning of greater clarity and discrimination, so that we can live our passion with integrity, develop our inner power, and become capable of acting assertively, rather than aggressively, on behalf of what we cherish.
Si les symptômes d’une fièvre sont supprimés et ignorés, la maladie ne va pas être traitée. Il en est de même de la colère. Il est utile d’écouter le message qu’elle apporte puis de l’utiliser pour la croissance et le bien-être.
Il nous faut nous rappeler que la colère que nous ressentons envers quelqu’un d’autre n’est pas une évaluation juste de ce que la personne est effectivement. Il s’agit en fait de nos propres sentiments en train de communiquer avec nous, et ils nous en disent davantage sur nous-mêmes que sur l’autre personne. La colère est le début d’une plus grande clarté et discrimination, afin que nous puissions vivre notre passion avec intégrité, que nous développions notre pouvoir intérieur, et devenions capables d’agir avec assertivité, plutôt qu’avec agressivité, en fonction de ce que nous chérissons.
There should really be two different words-one for « anger-with-the heart-closed » and one for « anger with-the-heart-open. » Most anger in our society is « anger-with-the heart-closed. » Many of us are in the habit of automatically using our anger vindictively to protect ourselves or to impose our will upon others. We may believe ourselves totally justified in demeaning others’ self-esteem. We may believe that we do this for « their own good. » We may even believe that the will we are trying to impose is God’s will. From such unconsciousness have come generations of abuse. From such self-righteousness have come millennia of « holy » wars.
Il devrait vraiment y avoir deux mots différents, l’un pour “colère avec le cœur fermé” et un pour “colère avec le cœur ouvert”. La plupart des colères de notre société sont « avec le cœur fermé. » Nombre d’entre nous ont l’habitude d’utiliser automatiquement notre colère de façon vindicative pour nous protéger ou imposer notre volonté aux autres. Il se peut que nous nous croyions totalement justifiés de dégrader l’estime de soi des autres. Nous pouvons penser que nous le faisons « pour leur bien ». Il se peut même que nous croyions que la volonté que nous essayons d’imposer est celle de Dieu. De cette inconscience sont nés des générations d’abus. De telles croyances d’être dans son bon droit ont créé des millénaires de guerres « saintes ».
« Anger-with-the-heart-closed » is destructive. But there are times when our anger can be a gift to the other person, when it is not simply our own ego twisting in a knot, and trying to use the other person to undo the strain. Though we may feel great heat and urgency, there need be nothing mean in the way we express ourselves. For when there is no desire to wound or punish or blame, we become able to speak with great clarity and power. We may roar like a lion, but it is a healing roar. We may be challenging, but we are infinitely fair. We may be outraged, but we are respectful. This is « anger-with-the-heart-open » and it has a beauty, a passion, and a clarity that is unmistakable.
La colère avec le cœur fermé est destructrice. Mais il y a des moments où notre colère peut être un cadeau à l’autre, quand elle n’est pas simplement notre ego contorsionné dans un nœud, essayant d’utiliser l’autre personne pour le dénouer. Même si nous ressentons beaucoup de chaleur et d’urgence, il faut que notre façon de nous exprimer soit impeccable. Parce que lorsqu’il n’y a pas de désir de blesser ou de punir ou de blâmer, nous devenons capables de parler avec une grande clarté et une grande puissance. Il se peut que nous rugissions comme un lion, mais c’est un lion qui guérit. Il se peut que nous mettions au défi, mais nous sommes infiniment justes. Il se peut que nous soyons outragés, mais nous sommes respectueux. C’est la « colère avec le cœur ouvert » et elle a une beauté, une passion, et une clarté qui ne peuvent être confondues avec autre chose.

Partagez cet article Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail