Why Are We Running Out of Time?
Pourquoi sommes-nous à court de temps ?
–by Jacob Needleman (Dec 28, 2015)

Technology itself is not the cause of our problem of time. Its influence on our lives is a result, not a cause — the result of an unseen accelerating process taking place in ourselves, in our inner being. Whether we point to the effect of communication technology (such as e-mail) with its tyranny of instant communication; or to the computerization, and therefore the mentalization of so many human activities that previously required at least some participation of our physical presence; or to any of the innumerable transformations of human life that are being brought about by new technology, the essential element to recognize is how much of what we call « progress » is accompanied by and measured by the fact that human beings need less and less conscious attention to perform their activities and lead their lives.

La technologie elle-même n’est pas la cause de notre problème de temps. Son influence sur nos vies est un résultat et non une cause – le résultat d’un processus d’accélération sans précédent qui se produit en nous-mêmes, dans notre être intérieur. Nous pouvons incriminer l’effet de la technologie de la communication (comme l’email) avec sa tyrannie de la communication instantanée, ou l’informatique et par conséquent la mentalisation de nombre d’activités humaines qui auparavant demandaient au moins un peu de participation de notre présence physique, ou n’importe laquelle des innombrables transformations de la vie humaine qui sont apportées par la nouvelle technologie, mais l’élément essentiel à reconnaître c’est à quel point ce que nous appelons « progrès » est accompagné et mesuré par le fait que l’être humain a besoin de moins en moins d’attention consciente pour réaliser ses activité et conduire sa vie.

The real power of faculty of attention, unknown to modern science, is one of the indispensable and most central measures of humanness — of the being of a man or a woman — and has been so understood, in many forms and symbols, at the heart of all the great spiritual teachings of the world.
Le pouvoir réel de la faculté d’attention, inconnu de la science moderne, est une des mesures les plus indispensables du fait d’être humain – d’être un homme ou une femme – et a été compris ainsi, dans de nombreuses formes et symboles, au cœur de tous les grands enseignements spirituels du monde.

The effects of advancing technology, for all the material promise they offer the world (along with the dangers, of course) is but the most recent wave in a civilization that, without recognizing what it was doing, has placed the satisfaction of desire above the cultivation of being. The deep meaning of many rules of conduct and moral principles of the past — so many of which have been abandoned without our understanding their real roots in human nature — involved the cultivation and development of the uniquely human power of attention, its action in the body, heart and mind of man. To be present, truly present, is to have conscious attention. This capacity is the key to what it means to be human.
Les effets de l’avancée technologique, malgré toutes les promesses matérielles qu’elle offre au monde (ainsi que tous les dangers évidemment), ne sont que la vague la plus récente dans une civilisation qui, sans savoir ce qu’elle fait, a placé la satisfaction des désirs au-dessus de la cultivation de l’être. Le sens profond de nombreuses règles de conduites et de principes moraux du passé – qui ont été bien souvent abandonnés sans connaître leurs racines réelles dans la nature humaine – implique de cultiver et de développer le pouvoir de l’attention qui est spécifique à l’être humain, son action sur le corps, le cœur et le cerveau de l’homme. Etre présent, vraiment présent, c’est avoir une attention consciente. Cette capacité est la clé pour comprendre ce que cela signifie d’être humain.

It is not, therefore, the rapidity of change as such that is the source of our problem of time. It is the metaphysical fact that the being of man is diminishing. In the world as in oneself, time is vanishing because we have lost the practice of consciously inhabiting our life, the practice of conscious attention to ourselves as we go about our lives.
Et donc, ce n’est pas la rapidité du changement en temps que tel qui est la source de notre problème de temps. C’est le fait métaphysique que l’état d’être de l’homme diminue. Dans le monde comme en nous-même, le temps disparaît parce que nous avons perdu la pratique d’habiter consciemment notre vie, la pratique de porter une attention consciente à nous-mêmes tandis que nous cheminons dans la vie.
by Jacob Needlman, excerpted from « Time and the Soul. » (extrait de “Time and the Soul” : le temps et l’âme)

Partagez cet article Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail